Cloé Medhi, auteure.

« Un sublime roman noir. Une écriture parfaitement maîtrisée au service de personnages magnifiques. Une vraie révélation. Il n’y en a pas si souvent. Ne la ratez pas. » Bernard Poirette RTL.

Cloé écrit, écrit, écrit. Beaucoup de romans inachevés, un thriller et une trilogie fantastique refusés par des éditeurs, jusqu’à ces « Monstres en cavale », dont elle envoie le manuscrit, sur les conseils de Françoise Guérin (voir ci-dessous) aux Éditions du Masque, en vue de la sélection pour le prix du premier roman policier au festival de Beaune, en octobre 2013. Le jury, présidé par Jean-Christophe Grangé (« Les rivières pourpres »), est emballé par cette histoire rondement menée, incroyablement maîtrisée, parfaitement écrite, autour de personnages très forts. Cloé décroche le prix, qui lui permet de faire éditer son livre. « Je sautais partout dans la rue ! » Depuis, elle a déjà écrit deux autres romans. Comme ça, ça vient tout seul… « Quand je manque d’inspiration, je vais marcher en écoutant de la musique, j’ai une playlist par roman en préparation, et « London Calling » des Clash, figure sur chacune, j’adore ». Et pour se détendre, elle lit en ce moment « Le petit monde de Don Camilo ». Non, décidément, Cloé ne fait rien comme tout le monde.

PRIX MYSTÈRE DE LA CRITIQUE 2017
PRIX ÉTUDIANT DU POLAR 2016
PRIX DORA SUAREZ 2017

Nominé Trophée 813
Nominé Prix Ancres Noires
Nominé Prix de la Ville de Mauves
Nominé Grand Prix de Littérature Policière
Nominé Prix Révélation de la Société des Gens de Lettres
Nominé Prix des Lecteurs de Ifs
Nominé Prix Récits d’Ailleurs

Une petite ville semblable à tant d’autres… Et puis un jour, la bavure… Un contrôle d’identité qui dégénère… Il s’appelait Saïd. Il avait quinze ans. Et il est mort… Moi, Mattia, onze ans, je ne l’ai pas connu, mais après, j’ai vu la haine, la tristesse et la folie ronger ma famille jusqu’à la dislocation… Plus tard, alors que d’étranges individus qui ressemblent à des flics rôdent autour de moi, j’ai reconnu son visage tagué sur les murs du quartier. Des tags à la peinture rouge, accompagnés de mots réclamant justice ! C’est à ce moment-là que pour faire exploser le silence, les gens du quartier vont s’en mêler, les mères, les sœurs, les amis… Alors moi, Mattia, onze ans, je ramasse les pièces du puzzle, j’essaie de comprendre et je vois que même mort, le passé n’est jamais vraiment enterré ! Et personne n’a dit que c’était juste…

Synopsis de LivrAddict

Damien, treize ans, se rend dans son garage pour y prendre une hachette… et découpe son père et sa sœur. Les mains pleines de sang, il attend le retour de sa mère avec la tête décapitée de la fillette. Six ans plus tard, le jeune homme est transféré de la prison des Lauriers à un établissement atypique où les détenus sont exhibés comme des animaux. Parvenu à s’évader de ce zoo pour criminels, il tombe sur Cab, une étrange petite fille née dans le milieu du grand banditisme. Dans ce monde souterrain, on raconte qu’il existe un endroit sans flic, sans juge ni prison. Un territoire où les hors-la-loi peuvent vivre librement sans craindre les mandats d’arrêts internationaux. Pour l’improbable duo et leurs complices, c’est le début d’une longue cavale à travers l’Europe, où chaque frontière devient un pari entre la prison et la liberté.