Fred Marty, auteur.

« Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir…. En d’autres termes… Plus ça rate et plus on a de chances que ça marche… » (Shadoks)

Auteur de 40 ans, j’ai été biberonné très tôt aux littératures de l’imaginaire en commençant par le jeu de rôle et les livres dont vous êtes le héros. Cela conditionne aujourd’hui ma manière d’écrire des romans où je définis les personnages, l’endroit où je veux les amener en me laissant porter sur le chemin à parcourir en les « écoutant ». Je suis fasciné par les groupes de personnages et les possibilités sans fin qui surviennent en les laissant interagir entre eux. J’écris aujourd’hui deux séries, une Fantastique (Gabriel) et une Fantasy (Sherona).

 

Chroniques de Gabriel T.1 : Gabriel, vingt ans, reçoit une lettre de sa mère, morte trois ans auparavant dans des circonstances étranges. Elle lui donne rendez-vous dans les Pyrénées, près d’un lac, le 14 juin 2013. S’y rendant avec Aymeric, Maeder et Ethan, ses trois amis proches, il découvrira l’existence d’un monde parallèle dont ils devront s’échapper, tout en cherchant à découvrir ce qui est réellement arrivé à sa mère. . .

Chroniques de Gabriel T.2 : Trois mois se sont écoulés depuis que Gabriel a découvert l’existence du monde alternatif et s’est éveillé à ses pouvoirs. Il s’apprête à retrouver une vie normale avec Maeder et Ethan, et à trouver un moyen de guérir l’amnésie d’Aymeric, que les quatre amis savent désormais être d’origine surnaturelle. Mais leur tranquillité sera de courte durée quand le passé d’Aymeric fera une entrée fracassante dans leurs vies et les entraînera dans un nouvel affrontement face à un ennemi revanchard qui n’a pas dit son dernier mot. 

Aventures de Sherona T.1 : Un vieux qui vient, dans une taverne, proposer un job fabuleux…Je savais que c’était un piège à cons, mais on ne m’écoute jamais. Bon d’accord, j’en avais besoin de cet or. Un besoin urgent et légèrement vital, oserais-je dire. Et maintenant, me voilà sur les routes à jouer les nounous pour des nobliaux qui se chamaillent et des pèlerins qui partent à l’abattoir en chantant. Ah tiens, démons droits devant ! Ne quittez pas, je reviens. J’espère…